Leaderboard

Vous êtes ici: Maladies » Alopécie, chute de cheveux 17. Janvier 2017
Recherche
santeweb.ch
Maladies
Sujets Prioritaires
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Alopécie, chute de cheveux

Définition

Alopécie, chute de cheveux

Le cheveu est composé de la tige, qui est la partie visible du cheveu, ainsi que de follicules pileux –  la racine. Le follicule pileux est une cavité en forme de sac, mesurant que quelques millimètres. C’est au bout de la racine que le cheveu est formé et qu’il pousse. Les personnes à chevelures noires ou brunes comptent environ 100‘000 follicules; les individus blonds en ont un peu plus, les roux un peu moins.

La croissance des cheveux est cyclique: le cheveu croît, se repose puis tombe. Ainsi, nous perdons environ 50 à 100 cheveux par jour – ce qui est tout à fait normal. Si, cependant, une chute plus importante de cheveux a lieu, le cycle du cheveu est brisé. Il faut alors consulter un dermatologue.
 
On différencie deux types de chute de cheveux: l’alopécie cicatrisante et l’alopécie non-cicatrisante. Les causes d’une alopécie cicatrisante peuvent être inflammatoires ou être à l’origine d’une autre maladie.  Si la racine pilaire est détruite, ce qui est le cas lors d’une alopécie non-cicatrisante, la perte de cheveux est irréversible. Les causes sont multiples: causes génétiques et hormonales (dans 95% des cas), infections ou autres maladies. La prise de certains médicaments, des carences nutritionnelles, des troubles psychiques ou une mauvaise hygiène pilaire peuvent également être à l’origine d’une chute de cheveux.

 

L’alopécie est psychiquement difficile à assumer pour les individus concernés. Le patient perd souvent confiance en soi.

Causes

L’alopécie androgénétique

L’alopécie androgénétique est une perte graduelle des cheveux due à l'influence des hormones mâles. Elle est responsable de la chute de cheveux chez 95% des hommes, mais touche également les femmes, même si celles-ci sont bien moins souvent affectées que les hommes. Il s’agit d’une perte de cheveux à la fois génétique et hormonale. Le mécanisme est le suivant : les follicules pilaires se fragilisent sous l’influence de la dihydrotestostérone, une hormone mâle. Par conséquence, les follicules rétrécissent, la production pilaire est réduite et les cheveux tombent plus rapidement.

 

De plus, la dihydrotestostérone favorise la pousse des poils de la barbe ainsi que la multiplication des glandes sébacées de la tête, ce qui à son tour stimule la perte de cheveux du crâne.  Ceci se manifeste chez les hommes en tant que calvitie partielle ou complète ; chez les femmes en revanche, les cheveux se raréfient.

 

L’alopécie areata

L’alopécie areata se développe en l’espace de peu de temps et se caractérise par une atteinte en « patch » plus ou moins gros et à un ou plusieurs endroits du crâne. La cause demeure inconnue. Une perte de cheveux en forme de patch, dont peuvent souffrir hommes et femmes, est souvent accompagnée de processus inflammatoires du corps. Une hypothèse suggère la maladie d’être d'origine auto-immune (c’est-à-dire que des facteurs immunologiques lors de la défense immunitaire de notre corps seraient impliqués), en postulant que les lymphocytes T, responsables de l'immunité cellulaire, attaqueraient les follicules pilaires. La maladie semble toucher plusieurs membres d’une même famille, ce qui suggère une cause héréditaire.

 

L’alopécie diffuse, chute diffuse

Lors de l’alopécie diffuse, les cheveux se raréfient de plus en plus. Elle est le plus souvent un symptôme d’une maladie, que celle-ci soit métabolique ou autre, ou d’une carence nutritionnelle. Il n’est pas rare que l’alopécie diffuse soit causée par des mauvais soins capillaires ou par des forces mécaniques. Cette alopécie est la plupart du temps limitée dans le temps: en autres mots, si la cause est traitée, les cheveux ne tomberont plus et la pousse de cheveux se normalise. Le meilleur exemple est l’alopécie médicamenteuse causée par une chimiothérapie. Le plus souvent après le traitement, les cheveux repoussent à nouveau adéquatement.

 

Causes fréquentes d’une alopécie diffuse:

  • après les accouchements ou la puberté (entre 16 et 20 ans)
  • maladies infectieuses: par exemple un zona ou un érysipèle (infection bactérienne de la peau)
  • troubles métaboliques (par exemple lors d’un diabète, de troubles du métabolisme adipeux ou de maladies hépatiques)
  • troubles de la fonction thyroïdienne ou des hormones sexuelles (le plus souvent en association avec d’autres troubles tels qu’une voix grave chez les femmes ou une pilosité excessive du corps)
  • mauvaise hygiène alimentaire entraînant des carences en fer, zinc, acide folique ou vitamine B12
  • régimes
  • stress
  • polluants
  • médicaments (p.ex. lors de chimiothérapies)
  • chute de cheveux saisonnière: en général, celle-ci disparaît spontanément
  • repos au lit, immobilité (également observé chez les nourrissons)

 

Dommages de la structure du cheveu

Une perte de cheveux peut se manifestée à la suite de facteurs externes:

  • le port continu de couvre-tête
  • dommages d’origine mécanique: se brosser les cheveux trop fortement, crêper les cheveux, faire de tresses trop rudement, ou porter des élastiques trop petits pour les cheveux
  • dommages d’origine chimique, que ce soit en colorant ou en décolorant les cheveux, en faisant des mèches ou une permanente, ou en nettoyant les cheveux au shampooing alcalin trop fréquemment
  • dommages d’origine physique: une exposition du cheveu à la chaleur trop intense lors du séchage au sèche-cheveux ou au soleil (y compris les solariums)

 

Troubles (symptômes)

L’alopécie androgénétique

La chute de cheveux commence bien souvent pendant la puberté, ce qui explique pourquoi 50% des hommes en sont affectés à l’âge mûr.

 

Cette perte de cheveux commence généralement au-devant et à l'arrière de la tête, avant de se développer en calvitie partielle ou totale. Chez les femmes en revanche, les cheveux se raréfient de manière plutôt uniforme. En raison de la cause hormonale de l’alopécie androgénétique, les hommes connaissent simultanément une croissance plus prononcée des poils de la barbe. Les femmes souffrant d’alopécie androgénétique développe en revanche une pilosité masculine peu appréciée se traduisant par une croissance de poils aux jambes, cuisses, orteils ou du visage.

 

L’alopécie areata

De multiples patchs plus ou moins gros se manifestant brusquement à plusieurs endroits du crâne sont caractéristiques de l’alopécie areata. On observe simultanément une perte des cheveux pigmentés, alors que les autres cheveux persistent ; les cheveux des patients affectés deviennent gris en peu de temps. Dans les cas rares, on peut également constater une perte de cheveux et de poils sur l’ensemble du corps – on parle alors d’alopécie universalis. Dans beaucoup de cas, les cheveux repoussent de manière spontanée après quelques mois. Le risque d’une éventuelle rechute de cheveux est cependant élevé, ce qui empêche l’élaboration d’un pronostic précis quant à l’évolution de la maladie.

 

L’alopécie diffuse

Les cheveux se raréfient sur l’ensemble du crâne ou seulement à quelques endroits précis. Si la cause est hormonale, d’autres symptômes  -  tels qu’une voix grave chez les femmes ou une pilosité excessive du corps -  peuvent également survenir.

En général, cette perte de cheveux est réversible, c’est-à-dire que lorsque la cause du trouble, que ce soit une maladie, une carence nutritionnelle ou d’autres circonstances, à l’origine de la chute de cheveux est éradiquée, les cheveux repoussent. La seule condition est que les follicules pilaires (donc la racine) ne doivent pas être détruits.

Examens (diagnostic)

Lors d’une chute de cheveux brusque ou progressive, il faut consulter un médecin spécialiste (dermatologue) pour en trouver la cause.

 

Anamnèse (interrogatoire sur les antécédents médicaux)

Le médecin peut poser les questions suivantes:

  • Questions relatives aux antécédents familiaux d’alopécie
  • Questions relatives à l’alimentation (carences nutritionnelles)
  • Questions précises sur la chute de cheveux:

  Faits

Evaluation
Chute de cheveux brusque Lien avec des événements particuliers tels qu’un accouchement, la prise de médicaments, un traitement hormonal ou des maladies accompagnées de fièvre 
Durée et évolutionDurée de la chute de cheveux et troubles de la santé concomitants
Type d’alopécieManière de la perte de cheveux: chute de cheveux accrue, raréfaction des cheveux, cheveux cassants, perte de cheveux par touffes
EndroitMotif de la perte de cheveux: p.ex. par patch, prolongement du front, raréfaction de toute la chevelure

 

Examen physique

  • évaluation de la chevelure: infections, eczéma, dermatoses telles que le psoriasis
  • graduation de la perte de cheveux: chute de cheveux accrue, dépassant la perte normale (effluvium, origine latine) ou l’alopécie (chute de cheveux anormale). L’effluvium n’évolue pas impérativement en alopécie.
  • test de l’épilation: le médecin prend une touffe de cheveux dans ses mains et tire dessus; les cheveux obtenus sont ensuite examinés au microscope ainsi que par analyse chimique.

Autres examens*

  • trichogramme: examen au microscope de la racine pilaire (état, phase de développement)
  • examens microscopiques de plusieurs prélèvements capillaires
  • analyses sanguines (paramètres inflammatoires, carences nutritionnelles, etc.)

*Analyses minérales du cheveu non-médicales se concentrant sur les toxines, les métaux lourds et les oligo-éléments; ces examens apportent en général plus de confusion que de clarté.

Options thérapeutiques

Mesures générales

On distingue l’alopécie cicatrisante de l’alopécie non-cicatrisante. Lorsque la racine pilaire est détruite, la perte de cheveux est irréversible, c’est-à-dire que les cheveux ne repoussent pas. S’il ne s’agit que d’un trouble de la croissance capillaire, les cheveux repousseront, tout en sachant qu’ils peuvent tomber ou casser à la fin du cycle pilaire. Lors du traitement de l’alopécie diffuse, il s’agit en premier lieu de détecter la cause et d’éradiquer celle-ci.

 

Traitement de l’alopécie androgénétique

Cette chute de cheveux héréditaire ne peut pas être prévenue, même en veillant à une hygiène adéquate ou en appliquant des shampooings renforçant la croissance capillaire. Les remèdes dits fortifiants, les vitamines, la levure, la silice, les acides aminés ou une hygiène alimentaire spéciale sont également inefficaces. Du moins, jusqu’au jour d’aujourd’hui, aucune étude scientifique n’a pu prouver leur efficacité dans la lutte contre la perte de cheveux.
 
Il existe des médicaments pouvant arrêter la chute de cheveux. Toutefois, puisque lors de l’alopécie génétique les follicules pilaires rétrécissent, ces traitements médicamenteux ne permettent pas aux cheveux de repousser aux endroits déjà chauves.

 

L’alopécie d’origine héréditaire et médicamenteuse

Les traitements sont très différents pour les femmes et pour les hommes. Certaines substances actives ne peuvent être appliquées uniquement chez les hommes et vice-versa; certains principes actifs sont efficaces pour les deux sexes.

 

Traitement pour les hommes:

Depuis quelques temps, un principe actif nommé Finastéride est utilisé auprès de la gente masculine. La Finastéride fut initialement développée pour traiter l’hypertrophie bénigne de la prostate. Elle influence le métabolisme de la testostérone et peut ainsi stopper net la chute de cheveux. Cependant, ce médicament doit être pris régulièrement et sur une longue durée de temps. Un des effets secondaires possibles est l’impuissance sexuelle. L’utilisation de la Finastéride n’est pas autorisée chez les femmes. Elle peut notamment être toxique pour le fœtus.

 

Traitement pour les femmes:

  • La pilule contraceptive: les pilules contraceptives combinant l’œstrogène et la progestérone contrebalancent l’effet de la testostérone et peuvent donc être utilisées chez les femmes lors d’alopécie androgénétique. Les femmes ménopausées peuvent également recevoir des traitements hormonaux combinés.
  • Solutions à base d’œstrogène: application locale sur le cuir chevelu. Ces solutions ne font cependant effet que le temps de l’application.

Possibilités de traitement pour hommes et femmes:

  • Solution contenant la substance active Minoxidil; le dosage est plus faible chez les femmes que chez les hommes.
  • Micro-greffe de cheveux ou perruque: si la souffrance psychique est importante chez le patient et qu’aucun autre remède n’ait été efficace, le médecin peut prescrire une perruque ou un toupet, voire envisager une greffe de cheveux.

L’alopécie areata

Le traitement de l’alopécie areata est très difficile puisque les causes demeurent inconnues.

 

La plupart des traitements sont inefficaces, les cheveux cessent de pousser ou tombent à nouveau à la fin du traitement. Les patients concernés n’ont d’autre choix que d’accepter leur alopécie. Une guérison spontanée est possible et fréquente. C’est pourquoi les médecins, après avoir prescrit toutes les autres traitements possibles restés sans succès, conseillent aux patients affectés de porter une perruque, tout en gardant l’espoir que les cheveux repousseront par eux-mêmes.
 
Si une infection de la racine est à l’origine de l’alopécie areata, il faudra essayer de réduire celle-ci.

 

Ceci peut être exécuté de manière suivante:

  • Teintures stimulants la perfusion sanguine et médicaments anti-inflammatoires (le plus souvent de la cortisone en pommade ou teinture)
  • Traitement de l’endroit affecté à l’aide d’un acide spécial, l’exposition à la lumière UV ou à l’azote liquide (cryothérapie).
  • Lors de formes sévères d’alopécie areata, on peut envisager l’immunothérapie dite locale. 40% des patients traités connaissent ainsi des résultats durables. La substance active n’est cependant pas autorisée pour le traitement de l’alopécie, même si les dermatologues la prescrivent (off label use).
  • Perruques et extensions peuvent recouvrir les parties chauves du crâne
  • La greffe de cheveux est aujourd’hui la seule méthode de traitement qui permet un résultat satisfaisant à long-terme. Toutefois, les cheveux greffés ne font pas naturels chez beaucoup d’hommes. Une telle intervention chirurgicale devrait uniquement être exécutée chez des spécialistes expérimentés et qualifiés. Les chirurgiens déconseillent la greffe de cheveux artificiels et mettent les patients en garde contre les éventuels effets indésirables tels que le rejet de greffe et les infections chroniques.

L’alopécie diffuse

Si la cause de l’alopécie diffuse est connue, le traitement est tout d’abord basé sur l’éradication de celle-ci. En règle générale, la chute de cheveux cesse. Les maladies infectieuses et les carences en fer peuvent assez facilement être traitées. Si la prise d’un médicament est à l’origine de la perte de cheveux, un changement de médicament peut être la solution au problème, à condition d’en parler avant avec le médecin traitant.

 

Voici une remarque importante concernant tous les types d‘alopécie: les patients souffrants d’une alopécie (particulièrement si ceux-ci sont jeunes) ont besoin de soutien psychologique; un(e) psychothérapeute peut apporter l’aide nécessaire.

 



 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

 

La pharmacie spécialisée

Livraison de médicaments à domicile pratique, discrète et à peu de frais

 

Partenaire

 

En savoir plus sur carence en fer et alopécie, chute de cheveux

check-ton-fer

check-ton-fer.ch

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer