Leaderboard

Vous êtes ici: Maladies » Fracture du corps vertébral, d’une vertèbre 28. Avril 2017
Recherche
santeweb.ch
Maladies
Sujets Prioritaires
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Fracture du corps vertébral, d’une vertèbre

Définition

Fracture du corps vertébral: accidentelle ou provoquée par l’ostéoporose

Une fracture du corps vertébral est le plus souvent accidentelle ou provoquée par l’ostéoporose.

 

Les parties du corps suivantes sont concernées :

  • le bord arrière du corps vertébral et la paroi du disque intervertébral
  • l’arc vertébral et les apophyses articulaires
  • le complexe ligamentaire arrière de la colonne vertébrale

On classe en deux catégories, les fractures stables et instables du corps vertébral. La fracture vertébrale stable ne présente aucun danger pour la moelle épinière. La fracture instable en revanche peut entraîner des lésions des nerfs ou de la moelle épinière. Selon la fracture, les membres et les parties du corps peuvent être concernés par des symptômes divers comme les douleurs ou les paralysies.
 
En cas de fracture accidentelle, un traitement rapide est nécessaire. L’important est de déterminer s’il s’agit d’une fracture stable ou instable. Une fracture vertébrale stable ne nécessite en général aucun accès chirurgical – le traitement anti-douleurs et la kinésithérapie sont suffisants. C’est différent avec une fracture instable : dans ce cas le corps vertébral doit être stabilisé chirurgicalement.

Causes

En général une fracture vertébrale survient à la suite d'une chute, d’un coup ou le plus souvent suite à un accident de travail, de voiture, de moto, de baignade, de ski ou de vélo grave.
 
L’ostéoporose grave peut provoquer une rupture vertébrale sans influence extérieure. La perte osseuse continue entraîne une instabilité et une perte d’élasticité des os.
 
Les tumeurs peuvent également déclencher une fracture vertébrale.

 

Les parties du corps suivantes sont concernées :

  • la colonne vertébrale cervicale
  • la colonne vertébrale thoracique
  • la colonne vertébrale lombaire

Troubles (symptômes)

Les symptômes de la fracture vertébrale accidentelle dépendent de l’emplacement de la fracture et des lésions éventuelles des nerfs et/ou de la moelle épinière.
 
Si la fracture est stable (non déplacée), des douleurs ainsi qu’une sensation d’instabilité peuvent apparaître. En cas d’impact léger du corps vertébral, la fracture peut passer inaperçue – en raison de symptômes peu importants. Par contre des lésions plus graves sont associées à des douleurs sévères.
 
Si la moelle épinière ou les nerfs sont atteints, on observe des troubles de la sensibilité comme les démangeaisons, une insensibilité ainsi que des paralysies, tandis que toutes les parties du corps ne peuvent plus se mouvoir et que les fonctions corporelles cessent.

 

On divise les paralysies en :

  • tétraplégie : les quatre membres (jambes et bras) sont atteints : Il s’agit d’une atteinte grave de la moelle épinière dans la section de la colonne vertébrale cervicale. La vessie, le rectum ainsi que la fonction sexuelle sont atteints.
  • paraplégie : les lésions nerveuses sont présentes dans les sections de la colonne vertébrale thoracique et de la colonne vertébrale lombaire. Les fonctions des bras et des mains sont en général intactes.
  • paralysie par section médullaire : cette paralysie concerne surtout les jambes ; selon l’importance de la lésion d’autres fonctions corporelles peuvent être atteintes.

Examens (diagnostic)

Examen corporel

  • la pression et les palpitations permettent de détecter les douleurs.
  • examen de la mobilité : celui-ci ne doit être effectué que pour une fracture stable.
  • examen neurologique : examens de sensibilité, tests de motricité. Ils donnent des indications sur l’existence éventuelle de lésions de la moelle épinière

 

Examens radiologiques

  • on distingue deux méthodes de coupe
  • tomodensitométrie : l’ensemble de la fracture est visible car les fractures instables ne sont pas toujours reconnues par les radiographies.
  • imagerie à résonance magnétique (IRM) : elle donne des indications supplémentaires sur les lésions des disques intervertébraux ou des parties molles (muscles, ligaments)

Options thérapeutiques

Mesures d’urgence, premiers secours après accident

  • en cas de suspicion de blessure de la colonne vertébrale, on ne doit pas déplacer les patients jusqu’à l’arrivée des secours. Bien couvrir le patient, ne pas enlever le casque, ne pas mettre le patient sur le côté.
  • débuter les mesures d’urgence aussitôt (réponse, contrôle de la respiration et du pouls)
  • en cas d’absence de respiration ou de pouls il faut effectuer une réanimation (massage cardiaque), sans tenir compte des blessures éventuelles de la moelle épinière.

Une fracture vertébrale stable, qui survient souvent à cause d’une ostéoporose, est en général traitée sans opération.

 

Les traitements adaptés :

  • anti-douleurs
  • physiothérapie
  • balnéothérapie
  • électrothérapieéventuellement on préconise le port d’un corset de soutien

Des douleurs très fortes ainsi que le tassement d’une vertèbre ou une instabilité chronique nécessitent une opération de redressement.

 

Il existe pour cela deux procédés :

  • la vertébroplastie : stabilise le corps vertébral en cas de fracture, peut être prophylactique dans le cas de fractures à risque du corps vertébral ; on utilise du ciment osseux sans redressement du corps vertébral par ballonnet. Les études actuelles (Lancet 2010) mettent en évidence de bons résultats en particulier pour les fractures vertébrales ostéoporotiques.
  • la cyphoplastie : stabilise le corps vertébral en cas de fracture, peut être prophylactique dans le cas de fractures à risque du corps vertébral ; on utilise du ciment osseux après redressement du corps vertébral par ballonnet.

 

Traitement d’une fracture vertébrale instable

La fracture vertébrale instable est en général traitée en mode opératoire.

 

But du traitement : réduction et stabilisation de la partie atteinte de la colonne vertébrale et si possible mobilisation rapide du patient.

 

Accès possibles :

  • stabilisation par implants de titane
  • implants vertébraux
  • remplacement des disques intervertébraux
  • cimentation

L’opération représente la meilleure chance de guérison pour les lésions de la moelle épinière et des tissus nerveux. Les conséquences, comme les malpositions après une lésion ou une instabilité de la colonne vertébrale sont également bien traitées de cette façon.

Complications possibles

Une fracture vertébrale provoque un changement durable du corps vertébral et de sa fonction. L’os impacté une fois ne peut pas – contrairement aux autres os – se redresser. Les problèmes pouvant survenir sont en général impossibles à prévoir.
 
Dans une perspective de guérison des lésions nerveuses, l’importance de l’atteinte ainsi que le temps écoulé avant l’opération sont essentiels. Les lésions nerveuses légères peuvent être réparées, mais les lésions nerveuses graves sont irréversibles et provoquent des paralysies naissantes ou des troubles de la sensibilité mineurs.
 
Les fractures vertébrales ostéoporotiques nécessitent un traitement de l’Ostéoporose (ostéoporose) car il est vraisemblable que sans traitement d’autres fractures apparaîtront.

En savoir plus



 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

 

La pharmacie spécialisée

Livraison de médicaments à domicile pratique, discrète et à peu de frais

 

Partenaire

 

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer