Leaderboard

Vous êtes ici: Maladies » Morsure animale/ de chat/de chien 23. Août 2017
Recherche
santeweb.ch
Maladies
Sujets Prioritaires
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Morsure animale/ de chat/de chien

Définition

Morsure animale/ de chat/de chien

Les chats ont l’habitude de vite mordre, que ce soit pour jouer, lorsqu’ils se sentent menacés, ou lorsqu’ils sont mécontents. Contrairement aux morsures de chien, le risque infectieux après une morsure de chat est plus élevé (environ 50% des cas). Le plus souvent, lors d’une morsure de chat, la main ou le poignet est touché.

 

Avec leurs longues dents pointues, les chats causent des plaies profondes. Les germes, ou en autres mots les bactéries présentes dans la salive des chats parviennent ainsi à pénétrer profondément dans le tissu, ce qui provoque une infection. L’infection peut être limitée à la morsure-même. Cependant, une infection peut également contaminer le tissu environnant tel que les articulations et la gaine des tendons. Ceci peut, dans le pire des cas, résulter en une septicémie.  Si le taux d’infection est plus bas après une morsure de chien, l’ampleur de la blessure est souvent plus importante due à la force de morsure des canins. C’est pour cette raison que les morsures de chien doivent plus fréquemment être traitées à l’hôpital. La palette des blessures après une morsure peut varier d’une simple affectation de la peau au détachement d’une partie du corps.

 

Les morsures animales doivent, en règle générale, être traitées. Car même les blessures les plus banales peuvent s’infecter, ce qui peut avoir de graves conséquences. De plus, il faut toujours vérifier l’état de la vaccination antitétanique du blessé. Si celle-ci est insuffisante ou remonte à plus de dix ans, un rappel s’impose.

Qui doit consulter le médecin: les enfants, les personnes âgées ainsi que les patients souffrant d’un déficit immunitaire doivent consulter un médecin après chaque morsure animale.

 

Lorsqu’une morsure provient d’un animal qui est éventuellement atteint de la rage (en Europe, les vecteurs de la rage sont les chauves-souris, les renards ou les chiens errants), il faut immédiatement consulter un médecin. Sans traitement adéquat, la rage est mortelle. Un vaccin contre la rage administré à temps peut empêcher l’irruption de la maladie. Notez bien: Faîtes examiner l’animal suspecté d’être atteint de la rage par un vétérinaire si possible.

 

Généralement, les griffures de chat sont inoffensives. Environ deux-tiers des morsures causées par des chats touchent la main ou le poignet. Chez les chiens en revanche, on trouve les morsures le plus souvent aux jambes et aux bras. Les fesses, le visage et le cou sont également des cibles fréquentes de morsures.


La plupart du temps, on distingue facilement les griffures et les morsures. Elles peuvent apparaître en tant que trous profonds (chez les chats) ou en tant que blessure ouverte sur la peau (chez les chiens), allant jusqu’à l’amputation d’une partie du corps, voire même causer la mort du blessé. Selon l’ampleur de la morsure, la plaie peut plus ou moins saigner. Lors d’importantes pertes de quantité de sang, un arrêt circulatoire mortel peut s’ensuivre.

Troubles (symptômes)

Signes d’une infection locale de la plaie:

  • rougeur, hyperthermie locale
  • douleur
  • gonflement, tuméfaction
  • pus (éventuellement)

Autres symptômes et complications possibles:

  • limitation dans le fonctionnement de l’articulation blessée ou environnante
  • troubles d’irrigation sanguine ou de sensibilité (sensation d’insensibilité allant jusqu’à l’engourdissement) à l’endroit de la morsure

Les premiers signes d’infection surviennent en général 12 heures après la morsure féline et 24 heures après la morsure canine. Il est conseillé de consulter un médecin dans ces délais.

 

Inflammation des vaisseaux lymphatiques (lymphangite): Les germes peuvent se disperser le long des vaisseaux lymphatiques. Un trait rougeâtre sous la peau partant depuis la plaie est une manifestation possible de la lymphangite. Contrairement à l’infection sanguine, il ne s’agit pas d’une véritable septicémie.

 

Septicémie (sepsis): Lors de morsure ou de toute autre plaie infectée, des germes peuvent être diffusés dans tout l’organisme grâce au système sanguin et provoquer une septicémie mortelle. Les bactéries se propagent du site primaire de la plaie à d'autres tissus ou organes via la circulation sanguine. Une septicémie non reconnue à temps ou non traitée provoque souvent une défaillance d’organe mortelle. Les signes clinique d’un sepsis sont: sentiment de maladie extrême, frissons, fièvre élevée (= urgence)

 

voir aussi Maladie: Sepsis, septicémie, intoxication du sang >>

 

Tétanos: En règle générale, les symptômes du tétanos surviennent entre trois jours à trois semaines après la blessure. Les signes cliniques les plus fréquents sont un sentiment d’état grippal, des contractions douloureuses des muscles du visage et des muscles masticateurs ou de la nuque, des troubles respiratoires, des fluctuations de la tension, etc. (= urgence).

 

voir aussi  Maladie: Tétanos >>

 

La rage: Là aussi, les symptômes se manifestent quelques semaines voire plusieurs mois après l’évènement de la morsure. La période d’incubation dépend non seulement de la quantité virale transmise par la morsure, mais également de la distance entre la morsure et le cerveau du blessé.
voir aussi  Maladie: Rage >>

Examens (diagnostic)

  • récit détaillé de l’avènement de la morsure: indication temporelle, espèce animale (animal domestique ou sauvage). Il faut toujours consulter un médecin lors de morsures importantes, surtout si l’animal serait éventuellement atteint de la rage. Amener, si possible, une photographie de l’animal.
  • antécédents médicaux: maladies antérieures ou actuelles, particulièrement si celles-ci ont une influence sur le risque d’infection ou la cicatrisation (p.ex. le diabète, le VIH)
  • médicaments
  • état de vaccination: tétanos, rage
  • si possible : déterminer si l’animal concerné est atteint de la rage
  • documentation photographique de la morsure par le médecin (pour l’assurance maladie/accident)
  • examens de fonctionnement et de sensibilité tout particulièrement de l’articulation lésée, dans le but de diagnostiquer d’éventuelles lésions osseuses, nerveuses ou  tendineuses
  • palpation des nœuds lymphatiques: ceci peut donner une première indication sur un éventuel dispersement de l’infection
  • radiographie: mise en évidence ou exclusion de lésions osseuses et de corps étrangers (p.ex. reste de dent animale)
  • prise de sang: paramètres d’inflammation
  • prélèvement de tissu et identification du germe pathogène

Options thérapeutiques

Ce que peut faire le blessé - Premier secours

  • nettoyer la plaie avec de l’eau et la désinfecter à l’aide d’un antiseptique
  • si l’animal est éventuellement atteint de la rage, nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon de Marseille (voire même du liquide vaisselle), puis consulter immédiatement un médecin ; le virus de la rage est très sensible à toute solution savonneuse. Ainsi, une majorité des pathogènes viraux de la rage peuvent être éliminés, ce qui ne signifie en aucun cas la disparition totale des virus
  • poser une compresse stérile
  • les parties du corps telles que les doigts ou les orteils arrachés doivent être envelopper de manière la plus stérile possible et amenés dans un sac plastique propre. Arrêter le saignement avec une compresse; consulter immédiatement le médecin ou appeler le médecin d’urgence
  • Lors d’importantes pertes de sang et arrêt circulatoire probable: effectuer les gestes de premier secours et appeler le médecin d’urgence (Tel. 144)

Quand faut-il consulter ?

Les morsures animales devraient toujours être traitées par un médecin car celui-ci peut nettoyer la plaie de manière professionnelle et peut enlever d’éventuels bouts de tissu lésé. Ainsi, le risque d’infection est minime. Les vaccins doivent être mis à jour et d’éventuelles mesures indispensables introduites. Dans les situations suivantes, il est indispensable de faire appel à un médecin ou d’emmener le blessé aux urgences :

  • lors de signes cliniques d’une infection de la plaie: rougeur, hyperthermie locale, gonflement, douleur
  • lors de fièvre
  • lors d’autres troubles
  • les enfants, les personnes âgées et les personnes avec un déficit immunitaire doivent tout de suite être traités s’ils ont été mordus
  • lorsque l’état de vaccination antitétanique est inconnu ou qu’il remonte à plus de 5-10 ans
  • lors d’une suspicion de contamination de rage. Il s’agit d’une situation d’urgence, chaque minute est précieuse.

Traitement médical (chez le médecin)

  • nettoyer la plaie à grande eau et désinfecter la morsure; nettoyer au savon s’il y a eu une possible contamination avec le virus de la rage.
  • en raison du risque d’infection ou si la morsure date d’il y a plus de 24 heures, le traitement par points de suture ne s’impose pas toujours.
  • compresse stérile protégeant la plaie d’éventuelles salissures.
  • les plaies plus importantes ou infectées ainsi que les morsures du visage doivent être traitées de manière chirurgicale à l’hôpital

Intervention chirurgicale

  • Les morsures du visage ou plus importantes doivent être traitées à l’hôpital de manière stationnaire
  • Lors de blessures profondes ou infectées, un débridement chirurgical est nécessaire pour enlever les parties de tissu qui sont trop endommagées. Là aussi, la blessure est laissée à l’air pour que le pus puisse s’évacuer. Souvent, un système de canulation (en caoutchouc ou en silicone) est mis en place pour créer un drainage, ce qui facilite l’écoulement de pus vers l’extérieur.
  • les parties du corps arrachées par l’animal (doigts, orteils, nez, oreille, etc.) sont rattachées si cela est possible.
  • une reconstruction plastique peut s’imposer lors de blessures au visage ou lors de blessures avec une superficie importante.

Médicaments

Un traitement antibiotique est nécessaire lors:

  • de signes cliniques d’infection (rougeur, gonflement, hyperthermie locale)
  • de profondes et grandes morsures
  • de risque d’infection élevé (p.ex. chez les personnes souffrant d’un déficit immunitaire)

Tétanos et rage

  • Tétanos: Le vaccin antitétanique ne doit pas remonter à plus de 10 ans – lors de blessures plus importantes; pas plus de 5 ans – dans le doute, un rappel du vaccin doit être effectué. En Suisse, les enfants sont vaccinés contre le tétanos une première fois lors de la vaccination de base (diphtérie, coqueluche et polio).
  • Rage: En Suisse, la majorité des animaux domestiques et des renards sont vaccinés contre la rage. Si l’état de vaccination de l’animal est inconnu, il doit être examiné par un vétérinaire, qui doit exclure la rage. Si cela n’est pas possible, le blessé doit être vacciné contre la rage. Lors de toute morsure de chauve-souris, une vaccination contre la rage s’impose.

Traitement ultérieur

Un contrôle de la plaie dans les 24 à 48 heures suivant le traitement médical est nécessaire. Ainsi, des complications et des infections éventuelles peuvent être diagnostiquées et traitées à temps. Selon chaque patient, des consultations plus rapprochées pour observer l’évolution de la guérison peuvent être nécessaires.

 

Notez bien : La plaie doit être scrupuleusement surveillée. Il faut toujours consulter un médecin ou se rendre aux urgences hospitalières si une rougeur, un gonflement, une douleur de l’articulation, une restriction de mouvement ou de la fièvre surviennent. Dans le pire des cas, une infection systémique appelée septicémie peut se développer et peut être mortelle.

En savoir plus



 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

Cystite

Infection urinaire

Traitement naturel

 

Sans antibiotique

 

En savoir plus >>

 

La pharmacie spécialisée

Livraison de médicaments à domicile pratique, discrète et à peu de frais

 

Partenaire

 

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer