Leaderboard

Vous êtes ici: Maladies » Syndrome prémenstruel (SPM) 28. Mai 2017
Recherche
santeweb.ch
Maladies
Sujets Prioritaires
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Syndrome prémenstruel (SPM)

Définition

Syndrome prémenstruel (SPM): les symptômes précédant les règles sont multiples et varient en fonction de chaque femme

Environ une femme sur trois souffre chaque mois de symptômes, que l’on regroupe sous le terme «syndrome prémenstruel» (SPM). Les symptômes précédant les règles sont multiples et varient en fonction de chaque femme.

 

L’adjectif «prémenstruel» désigne la période qui précède le début des règles. Les symptômes peuvent déjà débuter une à deux semaines avant les règles et s’intensifient à l’approche des règles.


 

Le SPM n’est pas une maladie fictive et il peut être traité. Aucune femme ne doit prendre les symptômes du syndrome prémenstruel à la légère.

Causes

Les causes du SPM sont inconnues. La seule certitude est que seules les femmes ayant leurs règles souffrent de ce syndrome. Si les règles sont interrompues chirurgicalement ou médicamenteusement, les symptômes eux-aussi disparaissent. Le SPM touche le plus souvent les femmes entre 30 et 40 ans.

 

Les facteurs suivants peuvent déclencher ou aggraver un SPM:

  • Taux élevés de prolactine, qui est l’hormone permettant la croissance des glandes mammaires et la production du lait.
  • Troubles thyroïdiens.
  • Déséquilibre entre oestrogènes (hormones sexuelles de la femme) et progestatifs.
  • Mycoses
  • Différentes maladies gynécologiques.
  • Poisons
  • Stimulants (caféine, nicotine)
  • Alimentation
  • Apport insuffisant en vitamines et en minéraux.
  • Troubles du sommeil
  • Dépressions
  • Contraintes psychiques, manque d’activité physique.

 

Le plus souvent, plusieurs facteurs sont combinés. Les troubles psychiques sont souvent dépendants des taux hormonaux, c’est la raison pour laquelle les troubles de l’humeur sont souvent associés au syndrome prémenstruel.

Troubles (symptômes)

Il peut s’agir de symptômes soit psychiques soit physiques. Caractéristiques: les symptômes sont très dépendants du cycle menstruel; ces symptômes sont plus accentués juste avant le début des règles.

  • Hypersensibilité au niveau des seins
  • Bouffées de chaleur
  • Fatigue, épuisement
  • Irritabilité
  • Difficultés de concentration
  • Variations d’humeur, tendance dépressive (colère, tristesse, alternance avec des périodes d’euphorie)
  • Troubles du sommeil
  • Anxiété, nervosité
  • Peau impure (boutons)
  • Troubles de la digestion (sensation de réplétion, flatulences, nausées)
  • Augmentation ou baisse de l’appétit
  • Accumulation d’eau dans les tissus et donc, prise de poids

Examens (diagnostic)

  • Anamnèse avec prise en compte des symptômes de la patiente. La présence de symptômes récidivant tous les mois dans les jours précédant les règles met le médecin sur la piste d’un syndrome prémenstruel.
  • Examen gynécologique
  • Analyses de laboratoire

Options thérapeutiques

Plus il y a de symptômes, plus les possibilités thérapeutiques sont vastes. Il est essentiel que la femme se confie à son gynécologue. Il n’existe aucun traitement standard. Un traitement individuel adapté à chaque patiente peut être déterminé avec le médecin.

 

Mesures générales

Tenir un journal de bord du SPM: la femme peut ainsi se familiariser et analyser elle-même les symptômes. Pour ce faire, mieux vaut distinguer les catégories : symptômes physiques, symptômes psychiques et degrés de gravité des différents symptômes.


Mesures alternatives

  • Techniques de relaxation (training autogène, yoga).
  • Réduction du stress
  • Activités sportives
  • Modification de l’alimentation

Des études récentes ont démontré qu’une activité physique régulière et une alimentation équilibrée permettent souvent d’atténuer les symptômes.

 

Médicaments

Il convient d’être prudent et de ne pas prendre de médicaments au hasard car ceux-ci peuvent rapidement conduire à une dépendance.

 

Les médicaments suivants peuvent être prescrits par le médecin:

  • Antalgiques, utilisés en cas de douleurs
  • Contraception hormonale (pilule)
  • Hormonothérapie
  • Des médicaments psychotropes et des antidépresseurs (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, ISRS) peuvent être pris de façon ciblée durant la deuxième partie du cycle.
  • Diurétiques
  • Prise de vitamine B6

 

Phytothérapie

  • Gattilier: en cas de troubles des règles, de règles douloureuses, de seins douloureux et enflés (mastodynie), d’augmentation du taux de prolactine (hormone sécrétée par l’hypophyse) et de symptômes ménopausiques.
  • Cimicifuga:  en cas de cycle irrégulier, de règles douloureuses, de symptômes prémenstruels et de symptômes ménopausiques.
  • Millepertuis: en cas de dépression d’intensité légère à modérée

 

Psychothérapie

En cas de symptômes psychiques importants, un traitement psychothérapeutique ou psychiatrique peut s’avérer utile.

En savoir plus



 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

 

La pharmacie spécialisée

Livraison de médicaments à domicile pratique, discrète et à peu de frais

 

Partenaire

 

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer