Leaderboard

Vous êtes ici: Sujets Prioritaires » Carence en fer 02. Septembre 2014
Recherche
santeweb.ch
Carence en fer
Sujets Prioritaires
Alimentation: allergie, intolérance
Cancer de la prostate
Cancer du col de l’utérus, les verrues génitales
Cancer du sein
Carence en fer
Actualités, études
Groupes à risque
Symptômes
Examens
Traitements
Informations utiles
Forum de discussion
Coagulation sanguine, thrombose
Digestion, troubles digestifs
Endométriose
Leucémie myéloïde chronique LMC
Maladie de Crohn, SII
Ménopause
Menstruation
Mycose des ongles
Peau sèche
Renforcer le système immunitaire
Sclérose en plaques
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer

Rect Top
PromoSeite Eisenmangel Frau Schmetterling

Carence en fer, syndrome de carence en fer, anémie ferriprive

Une carence en fer se manifeste par une fatigue, une baisse d’efficacité mais peut être facilement traitée, de préférence avant que les symptômes ne deviennent trop graves.

En cas d’apport très insuffisant en fer, de problème d’absorption par l’intestin ou d’une perte de fer suffisamment élevée, nous sommes en principe tous,

et à tout âge, susceptibles de souffrir d’une carence en fer (ou syndrome de carence en fer).

Les femmes en âge de procréer, les enfants, les personnes âgées, les sportifs de haut niveau mais aussi les personnes souffrant de maladies intestinales chroniques ou d’autres affections chroniques appartiennent aux groupes à risque, sujets à une carence en fer ou à une anémie ferriprive (anémie causée par une carence en fer), dans les cas les plus graves.

Fatigue, perte d’efficacité, chute des cheveux sont autant de signes d’un

déficit en fer, qui peuvent même aller jusqu'à des palpitations et une détresse respiratoire dans le cas d'une anémie ferriprive.

 

Carence en fer – Le bon équilibre

Ce besoin est encore plus élevé chez les enfants en pleine croissance, les femmes enceintes ou allaitantes et bien entendu en cas de saignements chroniques. Les principales sources de fer sont: la viande, les céréales (le pain!), les légumineuses et certains légumes (surtout les pommes de terre, le chou-fleur, la choucroute).

Cependant, l’apport en fer fourni par la viande est près de trois fois supérieur à celui des végétaux. La viande, le poisson, la vitamine C et les acides de fruit améliorent l'absorption du fer dans l'intestin; les fibres, le soja, le thé noir et le café limitent cette absorption.

 

Carence en fer: l’apport alimentaire

Le fer, qui est un oligoélément, doit être apporté par notre alimentation. Chez un homme adulte en bonne santé l’apport en fer journalier doit être d'environ 10 à 15 mg, et encore plus chez les femmes du fait de leurs règles.

Ce besoin est encore plus élevé chez les enfants en pleine croissance, les femmes enceintes ou allaitantes et bien entendu en cas de saignements chroniques. Les principales sources de fer sont: la viande, les céréales (le pain!), les légumineuses et certains légumes (surtout les pommes de terre, le chou-fleur, la choucroute).

Cependant, l’apport en fer fourni par la viande est près de trois fois supérieur à celui des végétaux. La viande, le poisson, la vitamine C et les acides de fruit améliorent l'absorption du fer dans l'intestin; les fibres, le soja, le thé noir et le café limitent cette absorption.

Absorption du fer et métabolisme

Le fer ferreux (Fe2+) peut être absorbé directement par la muqueuse intestinale, au niveau du duodénum et de la partie supérieure de l’intestin grêle, tandis que le fer ferrique (Fe3+) doit préalablement être réduit en fer ferreux.

Les cellules libèrent le fer qui est envoyé dans le sang par le biais d’une protéine appelée transferrine. Celle-ci est responsable du transport dans les organes cibles. Grâce à un mécanisme de régulation, l’intensité de l’absorption du fer par l’intestin peut être largement adaptée en fonction des besoins.

 

Absorption du fer et métabolisme

 

Carence en fer: comment perd-on du fer?

La régénération de la peau, de la muqueuse intestinale et urogénitale ainsi que de petits saignements nous font perdre près de 1 à 2 mg de fer par jour, une perte qui doit être compensée par notre alimentation.

Un apport d'au minimum 10 à 15 mg de fer par jour est nécessaire car notre intestin n’absorbe que 10 % environ du fer présent dans notre alimentation.

Les femmes non ménopausées perdent plus de fer en raison de leurs règles, ce qui représente une perte d'au moins 1 mg par jour.

 

Quand parle-t-on de carence en fer?

Si l’apport en fer est insuffisant, l’absorption par l’intestin trop réduite ou la perte de fer trop grande, le bilan ferreux est négatif. Cela entraîne les états de carence en fer suivants (classement par ordre décroissant):

1 – Diminution de la réserve en fer
2 – Carence en fer sans anémie: les processus métaboliques liés au fer peuvent être perturbés.
3 – Anémie ferriprive (anémie suite à une carence en fer)

 

Carence en fer permanente en cas de bilan du fer négatif

 

15 pour cent des femmes non ménopausées présentent une carence en fer

Aujourd'hui, les cas graves d'anémie ferriprive sont rares. Toutefois, des anémies ferriprives légères et surtout des carences en fer sans anémie sont très fréquentes notamment chez les femmes en âge de procréer.

Des études américaines et européennes ont estimé la fréquence d’anémie ferriprive chez les femmes non ménopausées à environ 3 % et la fréquence de carence en fer sans anémie à près de 15 %.

Les auteurs d’une étude menée en Suisse ont analysé la fréquence de la carence en fer chez des recrues: sur 11 322 jeunes hommes, 7 % présentaient une carence en fer sans anémie; seulement 0,1 % souffrait d'une anémie.

L’apparition, au cours de ces dernières années, de préparations à base de fer bien tolérées et administrées par voie intraveineuse ainsi que l’amélioration de symptômes tels que fatigue, difficultés de concentration, chute de cheveux, baisse d'efficacité, grâce à une prise de fer précoce (avant le développement d’une anémie), ont remis la carence en fer au centre des débats.

 

On peut cependant éviter d’en arriver là. Le manque de fer peut être traité de manière relativement efficace et rapide. Dans les paragraphes suivants, nous abordons les groupes à risque spécifiques et les symptômes associés à une carence en fer et à une perte de fer. Nous vous informons également sur les aliments riches en fer, la manière dont les médecins déterminent une carence et les différents traitements permettant d’éviter une anémie ferriprive.

 

 


 
Actualités, études

Anémie ferriprive auprès des coureurs de marathons: la substitution de fer par voie intraveineuse est efficace
Beaucoup de sportifs de haut niveau ont, pour quelle que soit la raison, des taux de fer faibles ou sous-optimaux. Une étude a comparé la substitution de fer par voie orale à la substitution intraveineuse auprès de coureurs de marathons.

Anémie: Anémie augmente le risque de décès cardiaque
Lors du congrès annuel de la société européenne de cardiologie, une étude, montrant que l’anémie semble augmenté le risque de décès cardiovasculaire, a été présentée. Ainsi, un taux d’hémoglobine bas est à compter parmi les facteurs de risques cardiovasculaires.

Carence en fer et libido féminine
Exposé du Docteur Francesco Bianchi-Demicheli, Consultation en gynécologie psychosomatique et médecine de la sexualité, Département Psychiatrie, HUG, Genève, au cours de la conférence ''Iron Academy 2013''

suite »

Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

Forum de discussion sur tous les thèmes
 
Alimentation: allergie, intolérance
Menstruation
Cancer du sein
Ménopause
Coagulation sanguine, thrombose
Carence en fer
Endomériose
Leucémie myéloide chronique LMC

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer