Leaderboard

Vous êtes ici: Maladies » Fracture du col du fémur 20. Octobre 2017
Recherche
santeweb.ch
Maladies
Sujets Prioritaires
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Fracture du col du fémur

Définition

Fracture du col du fémur: L'ostéoporose contribue régulièrement à une fracture osseuse

La fracture du col du fémur est une fissure proche de l'articulation de la hanche, située entre le sommet (tête) de l'os de la jambe et la partie principale de ce dernier.

 

La fracture du col du fémur survient souvent chez les personnes âgées après une chute sur la hanche. L'ostéoporose (dégradation de l'os) contribue régulièrement à une fracture osseuse. Lors d'une ostéoporose sévère, un simple ''mauvais'' mouvement peut suffire à briser le col du fémur.

 

Les patients plus jeunes souffrent d'une fissure du col du fémur le plus souvent après un choc violent, par exemple lors d'un accident de voiture ou à skis; pour engendrer cette blessure, la pression sur une jambe jeune doit être extrêmement violente.

Une fracture du col du fémur nécessite une opération dans les heures qui suivent l'accident, afin d'éviter une nécrose de la tête du fémur (dégradation et mort d'une partie ou de la totalité du sommet du fémur).

Causes

Facteurs de risque d'une chute chez les personnes âgées:

  • Démarche incertaine
  • Troubles de la vision
  • Troubles de l'équilibre (vertiges)
  • Troubles de l'attention (ex. : lors de démence)
  • Musculature faible, réflexe lent
  • Pression sanguine basse (ex. : chute de la pression sanguine après s'être rapidement levé)
  • Médicaments
  • Environnement inadapté (ex. : barrière, seuil de porte, câble, sol glissant, humidité, faible éclairage, etc.)

 

Causes d'une fracture du col du fémur:

  • Chute sur la hanche chez une personne âgée
  • Ostéoporose (dégradation de l'os)
  • Pression extrêmement violente (ex.: accident de voiture ou à skis) chez les jeunes personnes

Troubles (symptômes)

  • Incapacité de mouvements immédiate et complète
  • Douleurs extrêmes dans la région de la hanche; la jambe ne peut plus être levée.
  • Douleur croissante au toucher ; éventuellement un gonflement sur le côté de la hanche.
  • Selon la zone de fracture, la jambe peut être raccourcie et tournée vers le côté.
  • Dans des cas plus rares, la jambe peut ne pas être tournée vers le côté et la douleur peut survenir dans la région du genou; une fracture du col du fémur risque ainsi dans un premier temps de ne pas être soupçonnée.
  • Une blessure des vaisseaux sanguins et des nerfs survient plutôt chez les jeunes patients, c'est-à-dire suite à un choc violent.

Examens (diagnostic)

  • Déroulement de l'accident, description et âge du patient mettent quasiment tout de suite le médecin sur le bon chemin
  • Confirmation du diagnostic à l'aide d'une radiographie (Rayons-X) du bassin
  • Eventuellement un scanner (CT, Computer Tomography)
  • Eventuellement une IRM (Imagerie par Résonnance Magnétique), avant tout pour exclure d'autres blessures dans la région de la hanche

Options thérapeutiques

Il est rare qu'une fracture du col du fémur soit suffisamment stable pour effectuer un traitement conservatif (sans chirurgie). Une opération est donc nécessaire dans la majorité des cas.

 

Traitement conservatif (sans chirurgie)

  • Alitement pendant 10-14 jours
  • Stabilisation de la jambe
  • Prévention (prophylaxie) d'une thrombose
  • Eventuellement une thérapie respiratoire
  • Après 2 ou 3 jours débute la rééducation, tout d'abord prudemment, puis avec une augmentation progressive de la charge sur la jambe pendant 4 semaines.

 

Médicaments

  • Prévention d'une thrombose
  • Eventuellement des antibiotiques en prévention d'une infection
  • Traitement de la douleur

 

Types d'opérations chirurgicales

Le type choisi d'opération dépend de l'état de santé général, de la densité de l'os et de la localisation de la fracture. Dans tous les cas, l'opération devrait avoir lieu dans les 6 heures suivant l'accident (risque d'une nécrose de la tête du fémur).

 

Insertion d'une vis (Ostéosynthèse): est seulement possible lors d'une densité osseuse suffisante (pas d'ostéoporose).

Avantage: opération rapide, faible endommagement des zones avoisinantes; l'articulation naturelle de la jambe (tête du fémur) reste en place.

Désavantage: il existe le risque d'un décalage de la fracture et la formation d'une fausse articulation (pseudarthrose). Après cette opération, la jambe ne supporte pas tout de suite le poids corporel.


Vissage dynamique de la hanche (plaques de métal et vis): pour stabiliser, une plaque de métal est fixée sur le haut de la jambe et une épaisse vis est placée sur la tête du fémur. Cette opération n'est également possible que si la densité de l'os est suffisante.

 

Avantage: opération rapide, l'articulation naturelle de la hanche (tête du fémur) reste en place.
Désavantage: un décalage de la fracture peut se produire. Une application complète du poids du corps n'est pas immédiatement possible. Il y a aussi un risque de nécrose de la tête du fémur.

 

Articulation artificielle (prothèse) de la hanche: ce type d'opération est effectuée chez les patients âgés et ayant une faible densité osseuse (ostéoporose). Il existe 2 possibilités : soit une prothèse de la tête du fémur est ajoutée sur la partie principale de l'os de la jambe (fémur), qui glisse donc dans le creux original de l'articulation de la hanche, soit l'articulation artificielle complète - la tête du fémur et le creux de la hanche, c'est-à-dire une prothèse totale (PT) - est ajoutée.

 

Avantage: la jambe peut soutenir le poids du corps peu de temps après l'opération. Un rétablissement rapide du patient évite ainsi un alitement prolongé et réduit les risques de complications (pneumonie, embolie pulmonaire, escarres).

Désavantage: opération plus vaste, gros endommagement des zones avoisinantes. La prothèse de la hanche peut se détériorer, nécessitant ainsi une nouvelle opération pour la changer.

 

Mesures d'urgence (premiers secours)

Lors de pratiquement toutes les blessures sportives, l’application immédiate des mesures suivantes s’impose. Il est essentiel d’agir rapidement.

  • Pause - arrêt immédiat de l’activité sportive en cours
  • Glace - rafraîchissement de la zone blessée, s’il n’y a pas de plaie ouverte
  • Compression - un bandage compressif prévient le gonflement et doit être régulièrement contrôlé.
  • Surélévation - En cas de blessures qui touchent les extrémités (bras, jambes), la surélévation permet de faciliter le retour sanguin et réduit la formation d’œdèmes. Cette mesure ne s’applique bien entendu pas pour les personnes ayant perdu connaissance, ni en cas de suspicion d’une blessure de la tête, des épaules et du dos. En cas de doute, appliquer une compresse de glace ou mettre le membre blessé au repos et alerter le médecin ou l’hôpital le plus proche.

Complications possibles

Les personnes âgées subissent souvent des complications à cause de maladies présentes avant l'opération (ex. : problèmes cardiovasculaires), de la durée d'alitement ou du traumatisme de la hanche même:

 

Complications possibles pendant ou après l'opération:

  • Lésions des vaisseaux, des nerfs ou des tendons
  • Thromboses veineuses dans la jambe / Embolie pulmonaire
  • Infections
  • Pneumonie (inflammation pulmonaire)
  • Décalage de la fracture
  • Détérioration de la plaque métallique ou de la prothèse de la hanche
  • Formation d'une fausse articulation (Pseudarthrose)
  • Dégradation (nécrose) de la tête du fémur
  • Problèmes de cicatrisation
  • Saignements

En savoir plus



 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

Cystite

Infection urinaire

Traitement naturel

 

Sans antibiotique

 

En savoir plus >>

 

La pharmacie spécialisée

Livraison de médicaments à domicile pratique, discrète et à peu de frais

 

Partenaire

 

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer