Leaderboard

Vous êtes ici: Maladies » Inflammations du vagin, vaginite, cervicite 23. Octobre 2017
Recherche
santeweb.ch
Maladies
Sujets Prioritaires
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Inflammations du vagin, vaginite, cervicite

Définition

Inflammations du vagin: maladies les plus fréquentes chez la femme

Les inflammations du vagin font partie des maladies les plus fréquentes chez la femme. Pratiquement chaque femme est atteinte au moins une fois d’une vaginite au cours de sa vie. Les femmes ménopausées et les femmes atteintes de maladies chroniques sont particulièrement exposées au risque de vaginite.


La mot vaginite est un terme général regroupant les maladies inflammatoires vaginales qui ont des causes diverses. La flore vaginale protège normalement le vagin de la pénétration de microorganismes pathogènes. En cas de vaginite, l’humidité vaginale est fortement augmentée.


Si le milieu vaginal est déréglé (modification du pH) par des bactéries, des virus, des champignons ou d’autres facteurs, des irritations ou des infections peuvent en résulter. La maladie n’est pas douloureuse mais très désagréable. Non traitée, elle peut s’étendre à l’utérus et aux ovaires et entraîner une infertilité.

Causes

Les causes de vaginite sont multiples. Toutefois des germes en sont le plus souvent responsables: 

  • Bactéries de la région anale (colibacilles) en raison d’une mauvaise hygiène ou d’une hygiène insuffisante.
  • Si les conditions dans le vagin sont défavorables, les bactéries normalement présentes en quantités réduites dans la flore vaginale (entérocoques, staphylocoques) se multiplient rapidement et provoquent des inflammations.
  • Trichomonase: ce type d’infection est transmis par rapports sexuels.
  • Mycoses: il s’agit généralement de la levure Candida albicans.
  • Virus des verrues, virus de l’herpès

 

Facteurs de risque

  • Déficit en oestrogènes (lors de la ménopause).
  • Prise de préparations à base de cortisone, d’antibiotiques ou de la pilule.
  • Traumatismes provoqués par ex. par l’introduction inappropriée d’un tampon.
  • Corps étranger (tampon oublié, diaphragme).
  • Allergies provoquées par douches vaginales, sprays intimes, lotions nettoyantes ou parfum.
  • Sous-vêtements étroits et synthétiques.
  • Les rapports sexuels modifient le pH durant quelques heures.
  • Maladies chroniques comme diabète, hyperthyroïdie, infection à VIH et sida.
  • Grossesse

Troubles (symptômes)

Environ 20% des femmes souffrant d’une infection à levures sont asymptomatiques. Généralement, l’infection débute après les règles parce que le milieu vaginal est particulièrement propice à la croissance des champignons durant cette période.

 

Les symptômes typiques sont:

  • Démangeaisons, brûlures et douleurs dans la région génitale (surtout pendant les rapports sexuels).
  • Modification de la quantité, de l’odeur ou de la couleur de l’écoulement vaginal.
  • Coloration rouge foncée, gonflement des lèvres de la vulve. Dans ce dernier cas, l’inflammation a atteint les parties génitales externes (vulvovaginite).

Examens (diagnostic)

  • Anamnèse avec prise en compte des symptômes de la patiente
  • Examen gynécologique
  • Identification des germes au moyen d’un frottis

Options thérapeutiques

Le traitement vise à rétablir le milieu vaginal «normal». Les facteurs de risques connus devraient impérativement être éliminés.


En cas d’infection bactérienne, des antibiotiques sont indiqués; en cas d’infection à champignons, le traitement se fait par antimycosiques. Le partenaire sexuel devrait également être traité.


En fonction de la situation, les médicaments sont administrés sous forme de pommades, de suppositoires ou de comprimés.

 

Conseils

  • Ne pas utiliser de produits de toilette agressifs
  • Porter des sous-vêtements en fibre naturelle
  • Les préservatifs protègent des maladies sexuellement transmissibles
  • Bonne hygiène anale: passer le papier toilette de l’avant vers l’arrière et non l’inverse
  • Les suppositoires vaginaux à base de lactobacilles ou les tampons imbibés de yaourt nature (lactobacille Lactobacillus acidophilus) peuvent contribuer à rétablir le milieu vaginal
  • Durant l’inflammation, renoncer aux rapports sexuels

En cas de vaginite, il est essentiel de débuter rapidement le traitement et de consulter un médecin au préalable.

Complications possibles

Si elle est traitée correctement, l’inflammation guérit au bout d’une à deux semaines. Certaines femmes ont tendance à avoir des inflammations récidivantes; dans ce cas, il est tout particulièrement important de déterminer les facteurs de risque.


Non traitée, l’inflammation du vagin peut s’étendre à l’utérus, aux trompes de Fallope ou aux ovaires et dans le pire des cas, engendrer une infertilité.

En savoir plus



 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

Cystite

Infection urinaire

Traitement naturel

 

Sans antibiotique

 

En savoir plus >>

 

La pharmacie spécialisée

Livraison de médicaments à domicile pratique, discrète et à peu de frais

 

Partenaire

 

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer