Leaderboard

Vous êtes ici: Maladies » Jambe du fumeur, claudication intermittente 22. Septembre 2017
Recherche
santeweb.ch
Maladies
Sujets Prioritaires
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Jambe du fumeur, claudication intermittente

Définition

Jambe du fumeur: une maladie artérielle occlusive touchant les artères de la jambe

La jambe du fumeur est caractérisée par une maladie artérielle occlusive touchant les artères de la jambe et du petit bassin. Il en résulte des troubles circulatoires dans les jambes. En fonction de la localisation du rétrécissement, la maladie touche les artères des jambes, des cuisses ou du bassin.

 

D’après des études épidémiologiques récentes, cette maladie affecte majoritairement les hommes (70%) mais la fréquence chez les femmes est en augmentation. L’âge moyen des patients est d’environ 70 ans. Il n’est pas rare que la maladie survienne déjà au cours de la quarantaine (Hôpital Cantonal d’Aarau, service vasculaire, 02.11.05).

Causes

Maladies sous-jacentes:

  • Artériosclérose, calcification des artères
  • Inflammation des artères (rare)

 

Facteurs de risque pour la maladie artérielle occlusive:

  • Tabagisme
  • Sédentarité
  • Taux élevé de cholestérol
  • Diabète sucré
  • Hypertension artérielle
  • Obésité (surcharge pondérale)
  • Goutte
  • Hypothyroïdie
  • Mauvaise alimentation (trop riche en graisses et en cholestérol)

Troubles (symptômes)

Stade I

Pendant longtemps, la maladie reste asymptomatique car l’organisme est capable de compenser les troubles circulatoires. L’occlusion des artères est découverte de façon fortuite.

 

Stade II

  • Les douleurs lors de la marche (en aval de l’occlusion artérielle), qui sont d’intensité croissante apparaissant après des distances de plus en plus courtes, sont les premiers symptômes de la maladie. 
  • Modifications cutanées (peau pâle lors d’une surélévation des jambes; peau bleu-rougeâtre lors de l’abaissement des jambes).
  • Frilosité dans les jambes, troubles de la sensibilité, modifications des ongles et formation de callosités au niveau des pieds.
  • Perte des poils
  • Les douleurs sont localisées au niveau de l’occlusion artérielle, qui peut être située dans les fesses, les cuisses, le mollet, la plante des pieds ou les orteils.

      Stade III

      Douleurs au repos (à un stade avancé)

       

      Stade IV

      Lésions tissulaires (nécroses): le tissu se nécrose et les moindres blessures ne guérissent plus correctement, ce qui engendre de graves inflammations.

       

      Urgence médicale aiguë

      Une occlusion artérielle aiguë peut survenir suite à l’obstruction d’un vaisseau par un caillot sanguin (embolie) ou par la rupture d’une paroi calcifiée. Il s’agit d’une urgence médicale qui nécessite un traitement immédiat sous peine d’être exposé à des troubles de la sensibilité, à des paralysies, à des nécroses tissulaires (dans les cas extrêmes, toute la jambe est affectée) ou à des collapsus cardiovasculaires.

       

      Les signes d’urgence sont:

      • Jambe froide, de couleur blanche avec douleurs intenses
      • Absence de pouls au niveau de la jambe

      Examens (diagnostic)

      • Anamnèse avec prise en compte des symptômes du patient
      • Examen physique (palpation du pouls, souffle à l’auscultation des vaisseaux avec un stéthoscope).
      • Mesure de la pression artérielle à différents endroits.
      • Ultrasons
      • Radiographies des vaisseaux avec produit de contraste (angiographie)

      Options thérapeutiques

      Traitement d’urgence

      Après la prise en charge de la douleur, le chirurgien doit décider s’il est possible de sauver la jambe en administrant des médicaments stimulant la circulation sanguine ou si le recours à la chirurgie est nécessaire pour les zones rétrécies. Cette chirurgie est réalisée soit par cathéter soit par chirurgie ouverte. 

       

      L’amputation est le dernier recours, lorsque la jambe ne peut plus être sauvée autrement.

       

      Traitement de base


      Mesures générales

      • La base du traitement repose sur une stimulation de la circulation sanguine, le traitement ou l’éviction des facteurs de risque et le traitement des maladies concomitantes (diabète sucré, dyslipidémie, hypertension artérielle, affections de la thyroïde).
      • Modifications conséquentes du mode de vie: arrêt immédiat du tabagisme, modification de l’alimentation, activité physique régulière (très important pour favoriser le développement du circulation collatérale court-circuitant les zones altérées).
      • Pour le patient, une bonne hygiène des pieds est essentielle; il doit faire attention à la moindre petite blessure ainsi qu’aux points de pression.

       

       

       

      Médicaments:

      • Antiagrégants plaquettaires: médicaments qui empêchent la formation de caillots de plaquettes (thrombocytes).
      • Anticoagulants : pour éviter la formation de caillots de sang dans les artères et dans le cœur (embolie).
      • Vasodilatateurs
      • Eventuellement, antalgiques.
      • Antibiotiques en cas d’infection bactérienne au niveau des zones mal irriguées.
      • Favoriser la cicatrisation des plaies.

       

      Interventions chirurgicales:

      • Le choix de l’intervention chirurgicale dépend de la localisation du rétrécissement artériel, de l’intensité des symptômes et de l’état général du patient.
      • Un cathéter à ballonnet est introduit dans la région inguinale par une petite incision et avancé jusqu’au rétrécissement de l’artère où il est gonflé, ce qui fait disparaître le rétrécissement. Un médicament thrombolytique peut être injecté simultanément dans l’artère et un dispositif métallique (stent) peut être implanté dans le vaisseau pour le maintenir ouvert.
      • Opération chirurgicale de bypass: cette intervention consiste à contourner le rétrécissement artériel par la pose d’un vaisseau artificiel.
      • Thromboendartérectomie: grattage des lésions de l’intérieur par introduction d’un cathéter.

      Complications possibles

      La prise en charge des cas urgents doit s’effectuer dans les 6 à 8 heures suivant l’apparition des symptômes; dans ce cas, le pronostic reste bon


      A un stade plus avancé, le pronostic dépend avant tout de l’observance des traitements et de l’élimination stricte des facteurs de risque. C’est le seul moyen de ralentir ou d’arrêter la progression de la maladie.

       

      Une grande partie des patients présentent en plus des lésions au niveau des vaisseaux coronariens du cœur. Pour cette raison, beaucoup de ces patients décèdent finalement d’un infarctus du myocarde.

      En savoir plus



       
      Rect Bottom
       

      Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

      En savoir plus >>

      Cystite

      Infection urinaire

      Traitement naturel

       

      Sans antibiotique

       

      En savoir plus >>

       

      La pharmacie spécialisée

      Livraison de médicaments à domicile pratique, discrète et à peu de frais

       

      Partenaire

       

      En savoir plus sur Cholésterol, Athérosclérose

      Sky right 1
      Sky right 2
      Adserver Footer