Leaderboard

Vous êtes ici: Maladies » MERS-CoV Syndrom 18. Octobre 2017
Recherche
santeweb.ch
Maladies
Sujets Prioritaires
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

MERS-CoV Syndrom

Définition

MERS-CoV Syndrom: une fièvre sévère (plus de 38°C)

Le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (appelé Middle East Respiratory Syndrom ou MERS en anglais) est une infection virale due à un pathogène de la famille des coronavirus. Le coronavirus est à l’origine d’une multitude de maladies chez l’homme, allant d’un simple refroidissement au SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère). Cependant, le virus MERS-CoV se différencie nettement de celui du SRAS, ce virus n’ayant jamais été diagnostiqué chez un être humain auparavant selon l’Office fédéral de la santé publique.

 

Depuis septembre 2012, l’OMS a recensé au total 496 de cas infectieux, dont 141 décès (recensé le 7.5.14). Tous les patients infectés s’étaient rendus en Arabie ou avaient été en contact avec des revenants de ces pays. Le MERS peut être mortel notamment chez les personnes souffrant d’une maladie chronique.

 

Une première hypothèse semblait indiquer que les chauves-souris étaient à l’origine de la maladie. Cependant, ceci n’a jamais pu être prouvé. Des anticorps du virus MERS-CoV ont par la suite été diagnostiqués auprès de chameaux, ce qui laissa croire que ces camélidés étaient le réservoir du pathogène. L’hypothèse d’une transmission d’animal à l’homme semble plausible vue la proximité des chameaux et des hommes dans les pays arabes.

Causes

La transmission du virus MERS-CoV a lieu par postillons (c’est-à-dire en toussant, éternuant ou via les larmes). Les chameaux ont par ailleurs été identifiés en tant que réservoir principal de la maladie.
 
Une contamination d’homme à homme est également possible, mais est plutôt rare. Ceci signifie que les membres de la famille ou d’autres personnes ayant eu un contact avec les malades (notamment le personnel soignant) ont un risque élevé d’être contaminés.
 
Les personnes âgées ou les malades chroniques (p.ex. les diabétiques, patients souffrant d’une BPCO, personnes cardiaques, etc.) ainsi que les personnes à immunodéficience sont également à risque d’attraper le MERS.

 

En règle générale, le temps d’incubation (c’est-à-dire le temps qui s'écoule entre la contamination et l'apparition des premiers symptômes d'une maladie) du MERS est de moins d’une semaine à 12 jours.

Troubles (symptômes)

Les personnes infectées sont contagieuses dès l’apparition des premiers symptômes. Il est impératif de consulter un médecin dès le retour d’un pays frappé par la maladie, après avoir été en contact avec un malade souffrant du MERS ainsi que l’apparition de troubles suspects.
 
En général, la maladie se manifeste dans un premier temps comme une grippe, avec une fièvre sévère (plus de 38°C), des troubles respiratoires et une toux aiguë.

 

D’autres troubles peuvent également se manifester:

  • Maux de gorge
  • Maux de têtes et courbatures, frissons
  • Perte de l‘appétit, diarrhée, nausée
  • Troubles de la conscience (confusion)

Urgences: Dans certains cas, les patients développent une pneumonie accompagnée de troubles respiratoires graves (syndrome de détresse respiratoire aiguë, SDRA) en l’espace d’une semaine. Dans le pire des cas, ce syndrome peut par la suite provoquer une insuffisance rénale ainsi qu’une insuffisance des autres organes, ce qui provoque la mort.

Examens (diagnostic)

Dans un premier temps, le médecin fera une anamnèse complète (interrogatoire) en prenant en considération les troubles décrits. Il veillera particulièrement aux voyages et aux déplacements récents, au contact avec des patients touchés par la maladie ou encore aux maladies aigues présentes dans la famille du patient.
 
Un examen médical a lieu par la suite. En font partis l’examen physique, l’évaluation de l’état général du patient, des taux sanguins (paramètres inflammatoires, anticorps présents contre le MERS-CoV obtenus à partir du fluide nasal ou d’un dépistage de la gorge), ainsi que des radiographies (voire un scanner). Le virus peut même être dépisté à partir de sécrétions de la trachée ou des bronches.
 
Attention: Aussi longtemps que l’infection au MERS n’a pas été confirmée, le patient est considéré comme étant contagieux. Ainsi, le malade doit être examiné et traité dans des conditions d’hygiène absolue (masque, gants, etc.). Ceci est également valable pour les membres proches de la famille.
 
La majorité des patients souffrent de troubles sévères et doit être hospitalisée aux soins intensifs.

Options thérapeutiques

Il n’existe aucun traitement médicament contre le virus jusqu’à ce jour. Uniquement le traitement des symptômes est possible.

  • Antipyrétiques (médicaments abaissant la fièvre)
  • antalgiques
  • antitoussifs

Lors d’une dyspnée sévère, un apport supplémentaire en oxygène (p.ex. par le biais d’un masque) peut être utile. Si une infection bactérienne se manifeste simultanément, cette dernière peut être traitée par des antibiotiques.

Mesures préventives

Lors d’un déplacement dans un pays d’Arabie touché ainsi que lors de contact avec des personnes infectées, les mesures d’hygiène suivantes devraient être respectées:

  • porter des gants et un masque
  • se désinfecter et se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon
  • respecter l’hygiène de l’alimentation, n'ingérez rien qui n'ait été bouilli, cuit ou pelé. Ceci est également valable pour l’eau potable : ne consommer ou utiliser pour se laver les dents uniquement de l’eau bouilli ou minérale.
  • éviter le contact avec les animaux domestiques ou sauvages
  • éviter au maximum le contact corporel avec les personnes infectieuses, porter des gants et un masque lors de tout contact

Lors des premiers symptômes après avoir été en contact avec des patients contaminés ou après un retour d’un pays arabe concerné, il est impératif de consulter un médecin dans les plus brefs délais.

 

Il n’existe actuellement aucune restriction en ce qui concerne le déplacement dans les pays arabes touchés. Toujours d’après l’Office fédéral de la santé publique, le risque d’infection serait faible.

En savoir plus



 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

Cystite

Infection urinaire

Traitement naturel

 

Sans antibiotique

 

En savoir plus >>

 

La pharmacie spécialisée

Livraison de médicaments à domicile pratique, discrète et à peu de frais

 

Partenaire

 

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer