Leaderboard

Vous êtes ici: Maladies » Parésie faciale 23. Octobre 2017
Recherche
santeweb.ch
Maladies
Sujets Prioritaires
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Parésie faciale

Définition

Parésie faciale: une paralysie du visage causée par une paralysie du nerf facial

La parésie faciale est une paralysie du visage causée par une paralysie du nerf facial. Le plus souvent, elle n’affecte qu‘une moitié du visage. Provenant du cerveau, le nerf facial fait partie des nerfs crâniens. Il est responsable de la mobilité des muscles faciaux (expression du visage), de la sécrétion de larmes et de salive, et de la perception du goût sur les deux-tiers antérieurs de la langue.

 

Suivant où se situe la lésion, il convient de distinguer deux formes de parésie faciale:

  • La parésie faciale centrale dont l’origine est une lésion cérébrale
  • La parésie faciale périphérique causée par une lésion directe du nerf facial

Causes

En général, aucune cause concrète n’est identifiée, on parle alors de parésie faciale ''idiopathique''. Le terme ''idiopathique'' désigne des maladies ou symptômes pour lesquels la cause n’est pas détectée ou ne peut être mise en évidence.

 

La paralysie faciale peut également être la conséquence d’une maladie telle que:

  • Certaines infections virales: le zona otitique (agent pathogène du zona), la méningo-encéphalite verno-estivale (MEVE, transmise par les tiques), l’infection d'Epstein-Barr, la cytomégalie
  • Infection bactérienne: borréliose (également transmise par les tiques)
  • Diabète sucré (diabetes mellitus)
  • Maladies cérébrales: troubles de la circulation sanguine (ischémie), accident vasculaire cérébral (AVC), méningite, tumeurs cérébrales
  • Très rarement, la parésie faciale est congénitale (maladie héréditaire).

Troubles (symptômes)

Suivant la localisation de la lésion nerveuse (centrale ou périphérique), divers muscles faciaux peuvent être paralysés et d’autres déficits neurologiques (liés aux nerfs) peuvent survenir. Généralement, seule une moitié du visage est affectée.

 

Signes typiques d’une parésie faciale:

  • Commissures des lèvres affaissées ou bouche ''oblique''
  • Prononciation indistincte due à la musculature paralysée au niveau de la bouche
  • Les paupières ne se ferment plus (partiellement ou entièrement): l’œil de la partie du visage affectée ne peut plus se fermer, avec le risque qu’il s’assèche. Le globe oculaire roule aussi fréquemment vers le haut (''phénomène de Bell'').

 

Autres symptômes neurologiques possibles:

  • Larmoiement et sécrétion de salive moindres
  • Troubles gustatifs sur les deux tiers antérieurs de la langue
  • Sensibilité accrue au bruit du coté paralysé puisque le nerf faciale participe à la fonction auditive

Examens (diagnostic)

Le médecin reconnaît déjà une parésie faciale à des signes extérieurs typiques. Lorsqu’il s’entretient avec le patient (anamnèse), le médecin se renseigne sur les troubles supplémentaires, les infections ou accidents antérieurs. Les maladies comme le diabète ou l’hypertension artérielle sont également à considérer lors de parésie faciale.

 

Examen physique:

Il s’agit de déterminer précisément l’ampleur de la paralysie faciale: pour cela, le médecin invite le patient à  plisser le front, à fermer les yeux très fort, à gonfler les joues, à montrer ses dents et à siffler. Cela est aussi une manière de déterminer si la parésie faciale est centrale ou périphérique. Dans le cas de parésie faciale périphérique, les muscles faciaux sont paralysés mais plisser le front reste possible.

 

Autres examens possibles:

  • Analyse de sang: mise en évidence d’une borréliose (plus rarement, on procède à un examen du liquide céphalo-rachidien)
  • Test gustatif: différentes solutions (sucrées, salées, acides, amères) sont appliquées sur la langue.
  • Mesure de la production de larmes, p. ex. au moyen du test de Schirmer: il s’agit d’insérer une bande de papier buvard derrière la paupière inférieure et de la laisser pendant quelques minutes. Le degré d’humidification de la bande permet d’évaluer la sécrétion lacrymale.
  • Examen chez l’ORL: une otoscopie permet de détecter un zona otitique (vésicules d’herpès dans le conduit auditif).
  • Examens radiologiques si l’on soupçonne une lésion cérébrale (accident vasculaire cérébral, tumeur cérébrale, etc.): imagerie par résonance magnétique (IRM) de la tête.

Options thérapeutiques

Le traitement dépend de la sévérité de la parésie faciale, des différents symptômes et de la cause éventuellement détectée. En principe, le traitement devrait commencer le plus tôt possible afin de minimiser le risque de phénomènes de paralysie durables.

 

Généralement, il est question d’une forme idiopathique (aucune cause n’a été déterminée) de parésie faciale, laquelle se résorbe en principe d’elle-même. Mais la rémission peut prendre plusieurs mois.

 

Il est par ailleurs possible d’avoir recours aux traitements suivants:

  • Administration de cortisone qui agit comme un anti-inflammatoire.
  • Traitement d’une éventuelle maladie sous-jacente tel que rééquilibrage de la glycémie, traitement de l’hypertension artérielle ou des troubles de la circulation sanguine, éventuellement traitement d’une infection virale ou bactérienne par les médicaments qui conviennent.
  • Larmes artificielles (le jour) et pommade ophtalmique (la nuit) afin d’éviter que l’œil affecté ne se dessèche.
  • Exercices réguliers sollicitant les muscles faciaux

Évolution

Dans le cas de parésie faciale idiopathique et de parésie faciale due à une borréliose, les chances de guérisons sont plutôt bonnes. Dans de nombreux cas, les phénomènes de paralysie se résorbent entièrement en l’espace de quelques semaines. Si toutefois des paralysies persistent, il est rare qu’elles conduisent à une altération sévère de la vie quotidienne.

 

Dans le cas d’autres causes telles qu’une infection par le virus de l'Herpes zoster ou une lésion cérébrale (trouble de la circulation sanguine, accident vasculaire cérébral), le pronostic dépend de la gravité de l’endommagement du cerveau. Mais il faut s’attendre à ce que la paralysie faciale ne disparaisse jamais complètement.

Mesures préventives

Il n’est pas possible de prévenir une parésie faciale idiopathique étant donné que l’on en ignore la cause. Il en est de même lorsque la cause est une infection herpétique car les virus de l’herpès sont transmis dès le plus jeune âge, restent dans l’organisme durant toute la vie et sont réactivés dès que les conditions s’y prêtent.

 

Face à une borréliose ou une MEVE (toutes deux transmissibles par les tiques), il existe des mesures de protection: éviter les zones à tiques; dans les bois et dans les champs, porter des vêtements longs; utiliser un spray contre les tiques et se faire vacciner contre les tiques (vaccination contre la MEVE).

 

En outre, un traitement minutieux en cas de diabète, d’hypertension artérielle ou de troubles de la circulation sanguine diminue le risque de parésie faciale.



 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

Cystite

Infection urinaire

Traitement naturel

 

Sans antibiotique

 

En savoir plus >>

 

La pharmacie spécialisée

Livraison de médicaments à domicile pratique, discrète et à peu de frais

 

Partenaire

 

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer