Leaderboard

Vous êtes ici: Maladies » Spondylarthrite ankylosante, pelvispondylite rhumatismale, spondylose rhizomélique, maladie de Bechterew 23. Octobre 2017
Recherche
santeweb.ch
Maladies
Sujets Prioritaires
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Spondylarthrite ankylosante, pelvispondylite rhumatismale, spondylose rhizomélique, maladie de Bechterew

Définition

Spondylarthrite ankylosante: maladie rhumatique inflammatoire de la colonne vertébrale

La spondylarthrite ankylosante est un rhumatisme inflammatoire chronique, touchant principalement la colonne vertébrale et les articulations sacro-iliaques. Toutefois, les os et les attaches des tendons au niveau des bras, des jambes et d’autres oraganes peuvent être touchés.


La maladie a été définie scientifiquement pour la première fois par le neurologue russe Vladimir Bechterew au début du 19ème siècle. 


A ce jour, on ne connaît toujours pas les causes exactes de la maladie. Près de 70% des patients touchés sont des hommes. Généralement la maladie se déclare avant 40 ans. Pour le moment il n’existe aucun traitement curatif pour la spondylarthrite ankylosante. 


La maladie de Bechterew se caractérise par des douleurs au dos insidieuses au début, s’aggravant le matin et s’atténuant par des mouvements. 


L’évolution de la maladie entrave toujours plus les mouvements de la colonne lombaire (raideur).

Causes

Les causes de la spondylarthrite ankylosante demeurent en grande partie inconnues. Différents facteurs entraînent certainement la maladie (hérédité, influences de l‘environnement, alimentation inappropriée, etc.) 


L’hérédité semble jouer un rôle majeur. Chez 95% des sujets, la surface des cellules présentent une molécule appelée HLA-B27. Cette molécule intervient dans la défense immunitaire. Dans certaines familles on la trouve en quantités importantes.

Troubles (symptômes)

La maladie évolue par poussées: les crises de douleurs alternent avec des phases de repos.

  • Douleurs au niveau du dos diminuant avec les mouvements, durant trois mois
  • Douleurs nocturnes typiques, avant tout au niveau du dos et du bassin; le patient doit se lever et bouger.
  • Raideur matinale
  • Diminution continue de la mobilité de la colonne lombaire et de l’articulation sacro-iliaque.
  • De plus en plus de difficultés à étirer et pencher la colonne vertébrale (mesure de l’écart entre les doigts et le sol).

 

Maladies associées à la spondylarthrite ankylosante

  • Uvéites
  • Extension des symptômes aux hanches, aux épaules, aux genoux, aux pieds.
  • Plus rarement: participation du système cardio-respiratoire et des reins.

Examens (diagnostic)

Radiographie des vertèbres lombaires
  • Anamnèse avec prise en compte des symptômes
    Vérification de l’écart entre les doigts et le sol lors de la flexion vers l’avant.
  • Test de Mennell: le patient est allongé sur le ventre, le médecin lui maintient le sacrum avec une main et soulève une jambe avec l’autre main.
  • Cliché de la colonne lombaire
  • Tomographie à résonance magnétique
  • Analyses biologiques: paramètres de l‘inflammation
  • HLA-B27: cette molécule est présente chez la plupart des patients atteint de la spondylarthrite ankylosante (environ 95%). Il s’agit d’une indication fiable de la maladie de Bechterew.

Image: test de Mennell

La Société suisse de la spondylarthrite ankylosante a établi un test servant à déterminer soi-même si on souffre de cette maladie.

Options thérapeutiques

Généralement, le traitement de la spondylarthrite ankylosante est pris en charge par un specialiste (rhumatologue).

 

Etant donné que les causes de spondylarthrite ankylosante demeurent inexpliquées, les causes ne peuvent pas être traitées directement. Seuls les symptômes peuvent être atténués. L’objectif premier du traitement vise à diminuer les douleurs et à conserver la mobilité de la colonne vertébrale.  Le traitement comporte plusieurs mesures.

 

 

Mesures générales

  • Gymnastique spécifique régulière, ciblée sur le dos, pouvant éventuellement être effectuée lors de l’hospitalisation; le patient doit effectuer ses exercices régulièrement à la maison (quotidiennement)
  • Physiothérapie, massages
  • Electrothérapie
  • Compresses pour soulager la douleur et désenfler

 

Médicaments

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens, corticoïdes.
  • Médicaments de bases utilisés en cas de maladies rhumatismales.
  • En cas d’évolution grave de la maladie, on instaure un traitement par anit-inflammatoires de nouvelle génération très efficaces, appelés anti TNF-alpha.

 

Chirurgie

  • Synovectomie: opération consistant à enlever la membrane synoviale de l’articulation
  • En cas de maladie évoluée: prothèse articulaire (généralement la hanche)
  • En cas d‘hypercyphose (dos voûté) une opération permettant de redresser la colonne vertébrale peut s’avérer nécessaire. 

 

Traitements alternatifs

(Conseils de la Société suisse de la spondylarthrite ankylosante)

  • Homéopathie
  • Thérapie neuraleNeuraltherapie
  • Médecine traditionnelle chinoise
  • Traitement par des préparations à base de plantes
  • Conseils d’un nutritionniste
  • Training autogène


 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

Cystite

Infection urinaire

Traitement naturel

 

Sans antibiotique

 

En savoir plus >>

 

La pharmacie spécialisée

Livraison de médicaments à domicile pratique, discrète et à peu de frais

 

Partenaire

 

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer