Leaderboard

Vous êtes ici: Maladies » Arthrite rhumatoïde, polyarthrite chronique 22. Octobre 2017
Recherche
santeweb.ch
Maladies
Sujets Prioritaires
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Arthrite rhumatoïde, polyarthrite chronique

Définition

Arthrite rhumatoïde: maladie inflammatoire rhumatismale

L’arthrite rhumatoïde (AR; autrefois appelée polyarthrite chronique) est une maladie inflammatoire chronique qui affecte les articulations.


 

A l’échelle mondiale, l’AR est la maladie inflammatoire rhumatismale la plus fréquente. En Suisse, environ 70'000 personnes en sont atteintes, ce qui représente 1% de la population.


 

La maladie est trois fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. Elle peut survenir à tout âge, même chez les enfants en bas âge (arthrite rhumatoïde). L’AR se déclare généralement entre l’âge de 40 et 60 ans.

Causes

Les causes de survenue d’une AR ne sont toujours pas définitivement déterminées. Toutefois, il est probable qu’au début de la maladie, des cellules du système immunitaire soient activées et que celles-ci se dirigent contre l’organisme sous forme de réaction auto-immune.

Troubles (symptômes)

Les symptômes de l’AR varient en fonction des patients. Au cours de l’évolution de la maladie, les symptômes fluctuent aussi fortement chez un même patient.

 

Les symptômes caractéristiques sont:

  • Douleurs articulaires nocturnes et matinales.
  • Raideurs articulaires matinales de plus de 15 minutes.
  • Gonflement des articulations.
  • Sensation générale de maladie avec fatigue et épuisement, éventuellement, fièvre au début et à un stade plus avancé, surtout par poussées. La maladie progresse soit progressivement soit par poussées.

 

Les intervalles entre les poussées sont variables. La maladie guérit rarement en totalité après une première poussée. L’AR est généralement une maladie chronique. Seuls environ 10% des patients guérissent de la maladie.

Si seul le tissu synovial conjonctif est atteint et en l’absence de traitement efficace, l’inflammation et la destruction se poursuivent et détruisent le cartilage, les tendons et les os. Les articulations atteintes perdent leurs fonctions et présentent souvent des déformations importantes en raison de la destruction des tendons.


Chaque articulation est susceptible d’être atteinte. Normalement, les deux côtés du corps sont touchées de façon symétrique. Les articulations les plus fréquemment affectées par l’AR sont celles de la racine des doigts, de la main, du milieu des doigts, de la racine des orteils, de l’épaule, du genou, de la cheville et des coudes.


Par ailleurs, en cas d’évolution grave de la maladie, d’autres organes comme la peau, les yeux, les poumons, le coeurs, les vaisseaux, le tractus gastro-intestinal, les reins et le système nerveux peuvent également être attaqués.

Examens (diagnostic)

Les lésions articulaires inflammatoires de l’AR sont irréversibles. Elles surviennent plus rapidement qu’on ne le pensait autrefois lors du recours aux traditionnels examens radiographiques. Le diagnostic doit donc être posé le plus rapidement possible.

 

Important: plus le diagnostic est posé tôt et associé à un traitement de base, meilleur sera le pronostic.

Pour poser un diagnostic précoce, qui repose essentiellement sur le tableau clinique, une grande expérience est nécessaire.

 

Moyens de diagnostic:

  • Critères de classification: par ex. critères ACR (American College of Rheumatology)
  • Examens de laboratoires: facteur rhumatismal, anticorps anti-peptides citrullinés.
  • Examens d’imagerie médicale: l’IRM et l’examen par ultrasons sont de plus en plus souvent utilisés pour le diagnostic précoce.

Options thérapeutiques

Comme cette maladie ne guérit que très rarement et qu’elle entraîne une destruction articulaire de plus en plus importante avec pour conséquence une invalidité croissante, l’AR est aujourd’hui traitée plus tôt et de façon plus agressive. Il existe différentes mesures thérapeutiques:

 

Médicaments

Les médicaments utilisés pour traiter l’AR peuvent être classifiés en trois groupes:

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS): ces substances agissent uniquement sur les symptômes (les douleurs et les signes inflammatoires sont atténués). Les AINS non aucune influence ni sur les causes ni sur l’évolution de la maladie.
  • Préparations à base de cortisone (glucocorticostéroïdes): le recours à ces médicaments est tout particulièrement indispensable lors des poussées aiguës de la maladie, durant lesquelles ils atténuent les sensations de brûlure. Ces dernières années, les glucocorticostéroïdes ont également démontré leur action inhibitrice sur la destruction cartilagineuse et osseuse. Grâce à cette action sur les articulations, ils peuvent donc s’inscrire dans le traitement de base de l’AR.
  • Médicaments thérapeutiques de base: ces médicaments n’agissent pas sur les symptômes aigus comme les douleurs et l’inflammation. Leur action n’apparait qu’au bout de plusieurs semaines voie plusieurs mois. Ils interviennent de façon ciblée dans l’évolution de la maladie et ont pour but de ralentir la progression de l’AR, idéalement même de la guérir. Leur action permet de réduire la consommation de médicaments à action symptomatique (qui réduisent les symptômes et non les causes de la maladie) et de préparations à base de cortisone. Les inhibiteurs de cytokines font également partie des médicaments thérapeutiques de base. Les cytokines sont des substances présentes dans l’organisme, possédant une fonction de médiation entre les cellules, qui interviennent dans la réaction inflammatoire. L’une des cytokines qui est principalement impliquée dans l’AR est le TNF (Tumor Necrosis Factor-Alpha). Depuis peu, des préparations qui bloquent l’action des TNF alpha et diminuent les symptômes sont disponibles.
  • Synoviorthèse: injections articulaires: médicaments anti-inflammatoires

 

Traitement physique

L’objectif principal du traitement est de maintenir au maximum voire d’améliorer l’indépendance et la qualité de vie du patient. Autres objectifs:

  • Réduction de la douleur
  • Empêcher les déformations articulaires
  • Conserver/améliorer la fonctionnalité de l’articulation
  • Conserver et améliorer la force et l’endurance musculaires

 

Ergothérapie

Les objectifs sont adaptés à l’activité de la maladie (phase aiguë/phase chronique). L’ergothérapie vise à maintenir les fonctions nécessaires aux activités quotidiennes, à réduire les douleurs, à prévenir les déformation, et à maintenir/retrouver la fonction de saisie des mains.



 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

Cystite

Infection urinaire

Traitement naturel

 

Sans antibiotique

 

En savoir plus >>

 

La pharmacie spécialisée

Livraison de médicaments à domicile pratique, discrète et à peu de frais

 

Partenaire

 

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer