Analytics Universal Code
1 santeweb
 

Comment le médecin diagnostique-t-il une carence en fer ou une anémie ferriprive?

Historique de la maladie

Que la carence en fer soit associée à une anémie ou non, la cause du problème doit faire l’objet d’une exploration. Les questions posées au patient sont au cœur du diagnostic:

  • Existe-t-il un besoin particulier? – croissance, grossesse, allaitement, fausse couche, sport de haut niveau?
  • Les apports sont-ils réduits? – consommation de viande et de poisson, de fruits?, soja, thé, café, fibres réduisant l'absorption du fer?
  • L’absorption du fer est-elle bonne? – perte de poids, flatulences, diarrhée, maladies intestinales dans la famille, opérations, douleurs intestinales ou abdominales?
  • Y a-t-il une perte excessive? – règles abondantes chez les femmes (plus de 12 serviettes par période de règles ou durée supérieure à 7 jours), don de sang, saignements de nez récurrents, sang dans les selles ou les crachats?

Lorsque certains éléments semblent indiquer une cause de carence qui peut être traitée, il faut réaliser un diagnostic auprès d’un spécialiste.

Diagnostic en laboratoire

Carence en fer sans anémie

Le diagnostic de la carence en fer sans anémie est posé en analysant le dosage de ferritine (protéine de stockage) dans le sang. Le niveau de ferritine est fortement lié aux réserves de fer dans le corps.
 
Il n’existe actuellement aucune valeur limite officielle, à partir de laquelle on peut considérer qu’il y a carence en fer. On s’accorde cependant sur les hypothèses suivantes:

  • Ferritine > 50 µg/l: réserves de fer suffisantes
  • Ferritine entre 30 et 50 µg/l: fourchette intermédiaire, une carence en fer avec des symptômes associés est possible
  • Ferritine entre 15 et 30 µg/l: peu, voire très peu, de réserves de fer
  • Ferritine < 15 µg/l: réserves de fer totalement épuisées

La ferritine est libérée en quantités importantes dans le sang lors d’une inflammation et d’une atteinte hépatocytaire. Elle ne constitue alors pas une valeur fiable pour une carence en fer. C’est pourquoi il faut toujours déterminer le niveau de protéine CRP (un marqueur inflammatoire du corps) et de protéine hépatique ALAT en même temps que celui de ferritine. Si le niveau de CRP ou d’ALAT est élevé, le diagnostic de carence en fer devient difficile. Si ces deux marqueurs sont normaux, on peut utiliser les hypothèses décrites plus haut pour la valeur de la ferritine.
 
Une carence en fer peut également être révélée par la présence de petits globules faiblement colorés (érythrocytes) dans l’hémogramme, indiquant des troubles de l’hématopoïèse.

Anémie ferriprive (anémie causée par une carence en fer)

L’anémie ferriprive s’observe au niveau des globules rouges. Les globules rouges sont petits, faiblement colorés et présentent diverses formes et tailles:

L’anémie ferriprive s’observe au niveau des globules rouges
L’anémie ferriprive s’observe au niveau des globules rouges

L'absence de réserves de fer – déterminée par un niveau de ferritine très bas – confirme le diagnostic d’anémie ferriprive.

Rectangle Bottom
Rectangle Right Top
Les tableaux pathologiques
Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques
Hépatite bon à savoir
Hépatite bon à savoir
En savoir plus sur carence en fer et anémie ferriprive
Item 1 - title
Rectangle Right Bottom
Sky Right Top
finish adserving