Leaderboard

Vous êtes ici: Sujets Prioritaires » Maladie de Crohn, SII » Actualités 21. Novembre 2018
Recherche
santeweb.ch
Actualités
Sujets Prioritaires
Alimentation: allergie, intolérance
Cancer de la prostate
Cancer du col de l’utérus, les verrues génitales
Cancer du sein
Carence en fer
Cholestérol
Coagulation sanguine, thrombose
Cystite, Infection urinaire
Digestion, troubles digestifs
Endométriose
Leucémie myéloïde chronique LMC
Maladie de Crohn, SII
Actualités
Causes
Symptômes/Diarrhée
Diagnostic
Traitement
Complications
Crohn et la grossesse
Prévention
Ménopause
Menstruation
Mycose des ongles
Peau sèche
Renforcer le système immunitaire
Sclérose en plaques
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Maladie de Crohn: nouvelles du congrès américain de gastroentérologie

Une consommation élevée de protéines (viande et poisson) semble augmenter le risque de développer la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse. Cela a été démontré pour la première fois dans une étude scientifique présentée parmi d’autres lors de la Digestive Disease Week en Nouvelle Orléans. Par ailleurs, les chercheurs ont trouvé d’autres nouveaux facteurs de risque.

 

 

Plus de 13'000 experts ont pris part cette année au congrès américain de gastroentérologie (Digestive Disease Week DDW) pour s’informer des dernières tendances et stratégies dans le domaine des maladies de l’estomac et de l’intestin.

 

L’article suivant présente en priorité les maladies inflammatoires chroniques intestinales (IBD), dont la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse.

 

 

Les protéines animales sont à risque

Trois études ont cherché de potentiels nouveaux facteurs de risque pour une IBD. Pour la première fois, les chercheurs ont démontré une corrélation certaine entre une alimentation élevée en protéines et le risque de souffrir d’une maladie inflammatoire chronique intestinale (IBD). Il semblerait qu’une consommation élevée de protéines animales – viande et poisson, en moyenne 2.07g/Kg poids corporel par jour – multiplie par trois le risque d’une IBD. Ceci est valable pour la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, indépendamment d’autres facteurs de risque comme la nicotine et la thérapie hormonale chez la femme. Par contre, les protéines végétales n’ont aucun effet sur le risque d’une IBD.

 

La consommation régulière d’Aspirine facilite la maladie de Crohn

Une étude britannique a montré que la prise régulière d’Aspirine pouvait être un des nombreux facteurs influençant la maladie de Crohn. Les chercheurs ont étudié pour cela 200'000 personnes en bonne santé mais ayant consommé régulièrement de l’Aspirine pendant au moins une année: ces gens avaient 5 fois plus de chance de souffrir de la maladie de Crohn. Spécificité : les fumeurs consommant de l’Aspirine n’avaient pas un risque plus élevé, même si la nicotine seule est un facteur de risque pour la maladie de Crohn. Explication possible: la nicotine favorise la coagulation sanguine alors que l’Aspirine l’empêche – l’effet de l’Aspirine est donc probablement éliminé par la nicotine. Les chercheurs n’ont par contre trouvé aucun lien entre la consommation d’Aspirine et le risque de colite ulcéreuse.

 

Les antibiotiques durant l’enfance sont un risque pour la maladie de Crohn

Des traitements aux antibiotiques tôt dans l’enfance semblent avoir un effet indésirable sur le développement de la flore de l’intestin et de l’estomac. Les chercheurs déclarent que ces patients présentent à l’âge adulte un risque de développer une IBD multiplié par trois.

 

Effet d’une IBD sur la grossesse et l’enfant

Depuis six ans, le registre PIANO (Pregnancy in Inflammatory Bowel Disease and Neonatal Outcomes) a permis de suivre 600 femmes souffrant de la maladie de Crohn ou d’une colite ulcéreuse et leur enfant. En fonction des médicaments prescrits contre leur maladie, ces patientes ont été séparées en trois groupes à risque, jusqu’au moment où, l’enfant étant alors âgé d’une année, la corrélation entre la prise de médicaments et les complications lors de la grossesse ou les malformations à la naissance n’était plus valable. Ceci est important, compte tenu du fait qu’il y a encore 15 ans, il était déconseillé aux femmes souffrant d’une IBD d’être enceintes.

 

Autres résultats

Une étude portant sur 2877 adultes semble montrer un lien entre la maladie inflammatoire chronique intestinale (IBD) et le cancer du pancréas: en fonction du type d’IBD, les participants avaient un risque pouvant être jusqu’à six fois plus élevé. Il est probable que des causes héréditaires communes aux deux maladies y jouent un rôle. Les chercheurs ont précisé qu’il manque encore des preuves pour être catégorique. Si tel est bien le cas, les personnes à risque pourraient alors bénéficier d’un dépistage précoce du cancer du pancréas.

 

En savoir plus

Mediscope, DDW congrès de gastroentérologie 2010

09.07.2010 - dde

 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

En savoir plus sur carence en fer et maladie de crohn

check-ton-fer

check-ton-fer.ch

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer